Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • : Bonnes affaires, arnaques à éviter, ici on teste les jeux en solde (budget maximum : 30 €) et depuis peu, les DVDs aussi !
  • Contact

Recherche

17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 09:01

NinjatownDans la série "les jeux qui n'avaient aucune chance de bien se vendre", aujourd'hui prenons une ligne de "designer toys", vous savez ces jouets "kawaii" généralement hors de prix destinés à décorer les bureaux ou les sacs à dos de geeks adultes pas vraiment sortis de leur adolescence, et au lieu d'en faire un sous-Mario ou une compilation de mini-jeux à deux balles, tentons un jeu de stratégie sur une console où beaucoup de licences réputées occupent déjà ce créneau, et puis pour couronner le tout débrouillons-nous pour que ce soit hyper mal distribué, au point que beaucoup de gens ne le verrons pour la première fois en rayon que quand il se sera retrouvé dans le coin "bonnes affaires" à 10 € un an après sa sortie... Bon enfin, comme je dis à chaque fois : tant que ça permet de choper le jeu pour pas cher, s'il est bon on ne va pas se plaindre, tant pis pour ses développeurs et son éditeur et puis c'est tout.

Ninjatown est ce qu'on appelle un "tower defense", un jeu dans lequel on doit stopper l'arrivée de vagues d'ennemis se dirigeant vers un point précis, en plaçant sur leur trajet une série de dispositifs de défense. Le jeu propose une campagne de 36 niveaux sur ce principe, sur un scénario qui raconte la lutte entre un village de ninjas pacifiques contre une horde de démons venus dérober leur recette secrète de biscuits-shurikens.

Le joueur dispose de huit types de ninjas différents pour stopper les démons, mais n'a pas de contrôle direct sur eux : il faut placer des cabanes de ninjas le long des routes, et leurs habitants se débrouilleront eux-mêmes pour péter la gueule à l'envahisseur. Le ninja de base est moyen en tout, le ninja orange est plus fort mais plus lent, le vert tire des projectiles au lieu d'attaquer au corps à corps, le blanc gèle les ennemis pour les ralentir, le gris entrave leur progression en plus de les cogner, etc. Les ennemis eux-mêmes sont de plusieurs sortes, ceux qui volent, ceux qui empoisonnent, ceux qui courent droit au but sans s'arrêter pour se battre... Chaque fois qu'un démon parvient à passer les défenses et à atteindre le drapeau à la fin de la route, on perd un point de vie, et au bout de dix, c'est perdu, il faut recommencer le niveau. Pour s'aider, il est souvent indispensable de faire appel aux pouvoirs du "ninja vénérable", un vieux barbu qui pourra brûler les monstres, ou arrêter le temps, ou tabasser une série d'adversaires à la chaîne, ou autre, et il y a également quelques ninjas bonus, pour lesquels on ne peut pas construire de cabanes, mais qu'on placera directement sur la route pour un usage unique, comme la crotte ninja dont la puanteur blesse tous les démons présents dans sa zone d'effet.

Malgré un graphisme enfantin, un univers et un scénario complètement farfelus, on a tout de même affaire à un authentique jeu de stratégie dans lequel il faudra vraiment réfléchir, avant l'arrivée de chaque nouvelle escouade d'ennemis, à la méthode la plus efficace pour les empêcher de capturer le drapeau. Améliorer les cabanes déjà installées pour rendre leurs occupants plus forts ? Ajouter de nouvelles cabanes st si oui, lesquelles ? Construire des bâtiments spéciaux qui boostent certains attribus des cabanes environnantes ? Si les premières missions, qui servent de didacticiel, sont vraiment faciles, par la suite certaines deviennent nettement plus corsées, avec des tracés retors, des vagues d'ennemis qui se succèdent sans laisser le temps de se réorganiser, des fonds limités pour installer ses troupes, une grande variété de menaces qui obligent à beaucoup diversifier ses propres rangs... A la fin de chaque tableau remporté, une note est attribué au joueur en fonction de son niveau de réussite, et si au départ on enchaîne les "A" sans trop se fouler, par la suite il arrive qu'on soit content de pouvoir décrocher un simple "C" tant les choses se gâtent.

J'en profite au passage pour signaler que la difficulté n'est pas super bien dosée. Les niveaux situés vers le milieu du jeu se révèlent plus difficiles que les derniers (à part peut-être le dernier, avec son boss coriace). Non seulement parce qu'on commence à bien maîtriser son sujet, mais aussi parce que les plus puissants types de ninjas (comme ceux qui tirent des boules de feu) et les bâtiments les plus utiles (comme celui qui permet d'amasser plus rapidement les deux ressources du jeu, les gâteaux et la magie) sont débloqués. C'est pas gravissime mais c'est dommage.

Je n'ai pas une énorme expérience du "tower defense", mais je dois dire que celui-ci est vraiment sympa et m'a vite conquis. L'ambiance rigolote aide à accrocher au départ, et par la suite des mécanismes simples mais solides vous garderont scotchés dessus (enfin, à condition d'être un peu fan de stratégie quand même, à la base). La durée de vie n'est certes pas infinie, mais elle est honnête pour le prix, surtout qu'on peut rejouer les tableaux déjà gagnés pour espérer améliorer sa note si on n'a pas eu un "A" la première fois. Pour 10€, à moins d'être absolument allergique au STR, c'est vraiment une affaire à ne pas rater.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le Faucheur 21/01/2011 01:43



Un bail que j'étais pas passer sur ton topic.


Deux mots sur la distribution du jeu : Il a été crée par une microscopique équipe aux états unis qui la littéralement vendu sous le manteau la bas (a un moment le jeu n'était trouvable que sur
leur site) . Le buzz autour de leurs ninja et des produits dérivées aidant, ils ont fini par le sortir de façon un peut plus officiel.