Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • : Bonnes affaires, arnaques à éviter, ici on teste les jeux en solde (budget maximum : 30 €) et depuis peu, les DVDs aussi !
  • Contact

Recherche

22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 09:11
Aaaaaah, Prism, que ferait l'amateur de films pas chers sans eux, je vous le demande ? Ben pour être honnête, souvent il économiserait ses thunes en ne gâchant pas 3 € dans une de leurs merdes imbitables, c'est vrai, mais parfois, il passerait à côté de petites curiosités. J'hésite à vrai dire à classer le film du jour dans la catégorie merde imbitable ou petite curiosité, mais ne brûlons pas les étapes.

Comme souvent avec cet éditeur, les photos de la jaquette, y compris l'image qui sert d'affiche, proviennent d'un autre film, mais en revanche pour une fois le résumé (mal écrit et bourré de coquilles, naturellement) et la distribution sont les bons, et le titre correspond à peu près à celui de l'oeuvre présente sur le DVD lui-même (qui serait apparemment Deathgame au singulier et en un seul mot mais ne chipotons pas). Le nom de Roger Corman au générique pourra appâter l'amateur de série B, mais Roger Corman, c'est un peu comme Troma, qui à côté de ses quelques films-phares produit quand même quantité de trucs pas terribles ; faut rester méfiant, pas se jeter dessus comme si on venait forcément de débusquer une belle pépite.

Téléfilm au thème vaguement post-apocalyptique, Death Games commence par emprunter aux aventures de Snake Plissken, puisque l'histoire se déroule dans un futur proche où un tremblement de terre a ravagé Los Angeles, dont les habitants les plus riches se sont alors réfugiés sur une île désormais séparée du continent, laissant les pauvres vivre dans les ruines. Un jour, une gosse de riches traînant avec les pauvres disparaît. Un inspecteur de police est donc chargé de la retrouver, et va découvrir par la même occasion que le film pompe aussi Running Man, puisque lui et quelques compagnons d'infortune se retrouveront forcés de participer à un jeu pour leur survie face à des tueurs sanguinaires, pour le bon plaisir de spectateurs en quête de sensations fortes qui parient sur les résultats de cette chasse à l'homme.

L'action se déroule dans un futur proche il y a 6 ans.
La jaquette remet le film à jour en annonçant l'an 2013, la prochaine édition parlera sûrement de 2023.

Tourné sans moyens et ne faisant aucun effort pour le cacher, Death Games utilise les rues banales de Vancouver pour représenter les rues dévastées du LA futuriste (même l'ultra-fauché Android Apocalypse se donnait la peine de montrer un peu de ruines et de désert), un sosie de Deubeuliou au charisme de gant de toilette et déguisé en mix de Rick Deckard et Indiana Jones pour remplacer Kurt Russell et Schwarzenegger, et quelques cascadeurs et inconnus pour meubler le reste du casting. Le scénario a visiblement été écrit en quelques minutes et jamais relu avant d'être approuvé, ce qui donne lieu à quelques moments délicieusement absurdes, comme cette scène où, alors qu'il se trouve sur l'île des riches et qu'il a dû utiliser un taxi pour se déplacer, sa bagnole étant restée sur le continent, notre piteux héros s'apprête à quitter l'île en... allant tout simplement retrouver sa voiture au parking. En fait le réalisateur semble avoir un peu de mal avec la géographie supposée des lieux de l'action, puisqu'à partir de ce moment-là il devient clair que les fameux quartiers dangereux où est allée traîner la jeune fille kidnappée se trouvent sur la même terre que les zones riches alors que ça n'était pas le cas au début du film.

Timothy Bottoms, qui poursuivra sa carrière en incarnant régulièrement George W. Bush,
joue ici le fringuant justicier du futur.

Dans le même genre, le statut du personnage principal semble lui aussi changer mystérieusement en cours de route. Au début c'est un flic, à qui son supérieur confie une enquête. Plus tard, pourtant, alors qu'un suspect insiste pour voir son insigne, il semble bien incapable de lui en montrer un. Puis il ne demande pas de renforts quand il se trouve impliqué dans une fusillade avec les ravisseurs, et lorsqu'il découvre ensuite leur cachette, là aussi il préfère la jouer cowboy solitaire plutôt que d'appeler ses collègues à la rescousse. Et quand enfin il retrouve la fille, il lui annonce que c'est son père qui l'a envoyé la sauver. Alors, je ne sais pas si c'est son look "vieil imper et borsalino" qui a induit le réalisateur en erreur, mais on a bien l'impression que le Deubeuliou est passé d'inspecteur de police à simple détective privé sans la moindre explication.

Un peu de nudité gratuite ne peut pas faire de mal.

Certes, des énormités comme celles-ci ont de quoi intéresser le nanarologue, mais comme la majorité du film n'est que d'une nullité assez banale, les amateurs de très grosse série Z en seront autant pour leurs frais que ceux qui espèrent une chouette petite série B. C'est vrai, les acteurs sont mauvais, le doublage est pourri, le Deubeuliou quadragénaire gringalet n'est pas du tout crédible en bagarreur capable de démolir les brutes épaisses auxquelles il s'oppose, les décors répètent à l'infini les 4 ou 5 mêmes salles et couloirs, le costume du cyborg est minable et c'est à peu près le seul effet spécial du film, la qualité de l'image donne l'impression de regarder une vieille daube du début des années 80 alors que Death Games date de 1996 (une fois de plus, je ne surprendrai personne en disant que le DVD a été réalisé à partir d'une copie VHS pouilleuse), la chanson hard rock qui sert de générique de fin est bien ringarde, mais tout ça mis bout à bout à bout ne fait pas automatiquement un grand moment de "cinéma affligeant mais hilarant" pour reprendre l'expression de François Forestier.

Le chasseur mi-homme mi-robot fait encore plus pouilleux
que le Nebula de Nemesis 2.

Il aurait fallu une meilleur densité en nanardise pour pleinement justifier le claquage de 3 € et d'1h30 de son temps de vie dans Death Games. Malgré un effort pour éviter trop de temps morts dans cette chasse à l'homme, c'est beaucoup trop platement mis en scène et mollement interprété pour qu'on n'ait réellement pas le temps de s'ennuyer, les débilités rigolotes ne surgissant malheureusement pas à un rythme suffisamment soutenu. Si vous pouvez le dénicher à 1 € et que vous êtes vraiment bon public pour les mauvais films, vous trouverez sans nul doute quelques raisons de sourire dans celui-ci, mais ne l'achetez pas plus cher que ça et faites-en plutôt l'apéritif que le clou d'une soirée nanars ou vous risquez d'être déçus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans DVDs pas chers
commenter cet article

commentaires