Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • : Bonnes affaires, arnaques à éviter, ici on teste les jeux en solde (budget maximum : 30 €) et depuis peu, les DVDs aussi !
  • Contact

Recherche

22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 08:54
La sortie cette année sur XBox 360 de Bikini Samurai Squad est l'un des signes évidents que la mode des zombies est en train de dériver trop loin. Jeu japonais de 2006, il n'avait à l'époque pas été importé en Occident parce que, apparemment, le fait que ses héroïnes soient DES FILLES A GROS NICHONS EN MAILLOT DE BAIN ne lui garantissait pas un assez bon potentiel commercial. Par contre comme il y a des zombies dedans, deux ans plus tard en pleine mode des zombies, là d'un coup ça peut se vendre. Je voudrais pas faire mon vieux con mais quand même, drôle d'époque. Par comparaison, Rumble Roses n'avait pas attendu la mode du catch pour sortir. Les gros nichons et les maillots de bain suffisaient. Aujourd'hui, il faut des zombies pour vendre là où les gros nichons ne sont plus efficaces. Tout se perd, ma bonne dame.

Bon, si je vous dis tout ça, ce n'est pas uniquement pour le plaisir de caser trois fois "nichons" en un seul paragraphe. C'est aussi parce que le jeu du jour, Zombie Hunters sur PS2, appartient à la même série que Bikini Samurai Squad, c'est-à-dire The OneChanbara. Qui est apparemment assez populaire au Japon puisqu'ils en ont même tiré un film probablement fabuleux, et qui nous provient d'un développeur qui s'est spécialisé dans la mise en situation, souvent violente, parfois dérangeante, de jeunes femmes en tenue légère. Parfois ils pondent un jeu qui semble "innocent", simplement avec des filles en bikini qui jouent au tennis de table (Pink Pong) ou participent à des épreuves façon "Intervilles" (Party Girls), et puis parfois c'est du machin pour fétichistes un peu plus sévèrement atteints, comme une espèce de survival horror où il faut diriger une nana en uniforme d'écolière à travers une forêt où l'agressent de grosses bébêtes grouillantes. Souvent, ça ne quitte pas l'archipel nippon, mais  quelques-uns (outre les deux susnommés, vous avez sûrement déjà vu Demolition Girl ou Fighting Angels dans un bac de soldes de supermarché) sont arrivés chez nous par l'entremise de 505 Gamestreet, spécialiste du jeu budget insolite sur PS2.

Bref. Moi vous me connaissez : les idées bizarres, les concepts portnawak, même quand je me doute que le jeu va être raté, ça m'attire. Alors par curiosité, je me suis laissé tenter par Zombie Hunters. Je supposais quand même que ce ne serait pas très bon, et l'écran d'accueil orné de deux pouffes en bikini mentionnant un titre différent de la jaquette et mal mis en forme (Zombie Zone: Other Side, avec le ":" mal placé) confirmait le côté brouillon et couillon auquel je m'attendais. Mais j'espérais tout de même un peu d'originalité ou au moins un aspect série Z rigolo. En jouant, j'ai fini par m'apercevoir que j'étais légèrement à côté de la plaque... Mais ne brûlons pas les étapes.

Nonobstant l'omniprésence de morts-vivants dans le jeu, Zombie Hunters est bien plus un beat-them-all qu'un survival horror. Deux héroïnes sont proposées au départ, deux sabreuses court vêtues, et on progresse à travers les niveaux en tranchant tout ce qui bouge en vue à la troisième personne. Il y a les zombies qui sont déjà apparents, couchés au sol, et qui se dressent pour attaquer, et ceux qui surgissent hors de terre au passage du personnage. Certains sont armés de sabres ou de haches, certains sont enflammés, d'autres sont juste de simples morts-vivants de consommation courante. Tous sont pourvus d'une intelligence quasiment inexistante, ce qui n'est pas une grosse surprise, mais plus étonnant, ils sont également d'une agressivité assez limitée. Dès qu'on s'éloigne un peu, ils abandonnent la poursuite, et même au corps-à-corps, ils attaquent mollement. Leur unique force est leur nombre, puisqu'on les croise par troupeaux entiers dès le début du jeu, qu'il en apparaît régulièrement de nouveaux, et que chaque passage d'une zone à l'autre les ressuscite tous.

Le bon côté de la chose, c'est qu'on ne peut pas se plaindre que ça manque d'action. On mouline non-stop, deux coups de sabre par seconde, avec de brèves et rares interruptions. Les têtes et membres des adversaires volent en tous sens, et le sang gicle à gros flots. Avec tout ça, c'est sûr que les amateurs de gore en quête d'un défouloir auront de quoi s'amuser. Enfin, s'amuser disons deux minutes. Parce que quand même, ça lasse vite. Parce qu'il n'y a presque rien à faire d'autre qu'appuyer sur "croix" tout le temps. C'est un peu comme StarShip Troopers en pire. Il n'y a qu'une seule arme, peu de coups différents, pas besoin de technique particulière pour venir à bout des essaims de zombies, il me semble même qu'en dehors de leur costume il n'y a aucune différence entre les deux héroïnes. Le gameplay se résume donc pratiquement à croix, croix, croix, croix, tout le temps. On n'est clairement pas dans The Red Star, certes répétitif tout de même, mais qui fait de son mieux pour apporter un peu de variété à l'action. Là c'est du 100 % bourrin. Croix, croix, croix, croix, tout le temps, sans arrêt, sur une musique techno à chier quie joue à l'infini la même boucle de 10 secondes pendant tout le jeu.

On peut pourtant transformer un jeu ultra-bourrin en expérience satisfaisante. Je crois pas que ce soit si compliqué, il suffit d'offrir une petite gratification au joueur de temps en temps, le sentiment d'avoir accompli un petit quelque chose, les Diablo font ça très bien : je tue 10 monstres j'ai un nouveau casque, 20 de plus et j'ai une nouvelle épée, encore 30 et je passe au niveau supérieur et je gagne un nouveau pouvoir, 50 de plus et j'atteindrai enfin le boss qui me lâchera plein de bon butin. Pas de ça hélas dans Zombie Hunters qui prend assez vite des airs de supplice de Sisy Sysy du mec qui pousse un rocher : je tue 10 zombies et j'en réveille 20 de plus, je les tue et j'en ai encore 30 devant moi, je les tue mais pour trouver la clé de la zone suivante il m'en reste 50 de plus, et quand j'ai enfin la clé je passerai à une zone où je devrai en tuer une nouvelle centaine rien que pour trouver la clé qui me permettra de revenir à la zone précédente, celle que j'avais nettoyée, mais dans laquelle tous les zombies ont réapparu. Tout ça dans un jeu moche affligé de gros problèmes de caméra. Forcément, ça a de quoi décourager même le plus obstiné des amateurs de baston.

Le pire dans tout ça, c'est que la seule tentative du jeu pour enrichir un peu son gameplay débile est ce qui le fait basculer de "couillonnade médiocre mais inoffensive" à "truc douteux pour fétichistes". Comme je le disais, c'est un peu la spécialité du développeur Tamsoft, et autant parfois ça n'est pas bien méchant (comme The Mini Bijo Keikan, pour les amateurs de bagarreuses autoritaires à minijupe), autant d'autres fois ça fait un peu flipper. Zombie Hunters pourrait n'être qu'une gentille connerie pour fans de bikinis et d'action, à la manière de Rumble Roses, s'il misait sur l'humour et l'incongruité de ses samouraïs en bikini égarées au milieu d'un mauvais film d'horreur. Au lieu de ça, il reste totalement sérieux voire sordide, en confirmant le goût, assez discutable, des gens de Tamsoft pour les histoires où une frêle jeune fille peu habillée se retrouve encerclée par une nuée de créatures mal intentionnées (comme dans The Tairyou Jigoku, évoqué plus haut). Mais en plus, c'est aussi un jeu pour les gens qui aiment voir un corps de femme se couvrir de sang. L'héroïne est constamment éclaboussée par le fluide de ses ennemis, et ça reste visible sur le personnage. Après quelques minutes de sabrage intensif, on se retrouve donc avec une jeune fille en maillot de bain ruisselante de sang et toute pantelante...

Bien sûr, ça n'est pas purement gratuit, le sang joue un rôle dans le jeu. Déjà, il ne faut pas laisser son arme s'engorger, sinon elle risque de restée plantée dans les ennemis. Mais surtout, une fois entièrement repeinte à l'hémoglobine, l'héroïne passe en mode "Rage". Elle devient un peu plus rapide et puissante, mais au prix de sa propre jauge de vie qui se met à baisser constamment. Du coup ce pouvoir ne sert vraiment pas à grand'chose, les petits avantages étant loin de compenser le gros inconvénient. Et donc c'est surtout une excuse pour montrer des filles dénudées couvertes de sang. Et moi, bon, franchement, je suis un garçon ouvert d'esprit, je me choque vraiment pas facilement et certainement pas à cause de filles dénudées. Mais pour moi, les filles dénudées c'est mieux sans le sang qui dégouline dessus pendant qu'elles halètent et que leurs nichons gigotent. Je suis vraiment content de pas avoir aimé le jeu, je dois dire, parce que je me serais sûrement senti obligé d'en parler à un psy ensuite. "Oui voilà je viens vous voir parce que je m'aperçois que je suis excité quand je vois un corps de femme tout couvert de sang. Je vous parle un peu de mes relations avec mon épouse et ma mère, ou vous pensez que c'est plus prudent si je vais directement me faire interner ?"

Bon, bref. Sur le papier ça ressemblait à une bonne idée nanaresque qui aurait pu donner un petit jeu délirant, défoulant et marrant, mais les braves tordus de Tamsoft semblent assez peu portés sur la déconnade, et clairement pas doués pour concevoir et programmer de bons jeux. Résultat, non seulement jouer à Zombie Hunters est une activité à peu près aussi stimulante que d'agiter des paquets de clopes à la sortie du métro Barbès en répétant "Malboromalboro" toute la journée, mais en plus ça donne assez vite l'impression bizarre et pas franchement agréable de jouer à un truc spécialement conçu comme divertissement pour serial killers. Que vous soyez amateurs de zombies, de bikinis ou de samouraïs, je ne peux hélas que vous recommander d'éviter soigneusement ce machin.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'Hikikomori 22/07/2009 16:17

Il a l'air sympa ce jeu ! Je ne connaissais pas du tout. J'aime bien les filles en bikini aussi ... C'est vrai que la répétition dans les Beat them All est vite lassante. J'ai récemment joué à X-Blades et mis à part quelques bonus, on bourrine du mob tout le temps !

Toxic 22/07/2009 21:00



Malheureusement, le jeu est vraiment d'une nullité absolue. C'est vrai qu'en théorie le concept "filles en bikini + baston contre des zombies" peut être alléchant, mais c'est tellement mal
exécuté ici que ça n'a aucun intérêt. Ca n'est pas drôle, pas sexy, pas divertissant. Si tu aimes les jeux de combat avec des filles en bikini, je te conseille plutôt Rumble Roses !