Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • : Bonnes affaires, arnaques à éviter, ici on teste les jeux en solde (budget maximum : 30 €) et depuis peu, les DVDs aussi !
  • Contact

Recherche

2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 09:56
On poursuit ce petit cycle consacré au catch sur PS2 avec le jeu qui, parmi ceux testés ces jours-ci, avait la meilleure réputation. Pourtant sur le papier, c'est le plus incongru du lot : réalisé pour le compte d'Electronic Arts et basé sur une licence sans aucun rapport avec le catch, ça sentait le produit marketing pourri. En gros, EA avait embauché le développeur Aki pour faire des jeux estampillés WCW, la WCW a fait faillite, EA s'est dit que ce serait bête de ne pas utiliser les gens d'Aki quand même, a pioché une licence au hasard dans son portefeuille et leur a fait faire un jeu de catch histoire de pas gâcher. Bon, après tout, pourquoi pas hein ?

Ici donc les catcheurs sont les braves gens de Def Jam Recordings, un repaire d'artistes délicats aux noms comme "Z-Cool Master Fuqq", "DJ Soprano Copkillah" ou "Funk Corleone Flexy Flex". Ou des trucs dans le genre. Au passage, je dois dire que je regrette vraiment qu'il n'y ait pas de mode de création de catcheur, car je m'imaginais déjà envoyer le Roi Heenok à l'assaut de Def Jam, ou fignoler quelques rappeurs français de mon invention comme ou "Krimin-L 2 la Mafia", l'auteur de Mort à tous les mangeurs de porc, ou encore "MC K'Mel Wall-E", l'inoubliable interprète de J'encule ta femme bâtard j'te pisse au cul pédé alors vazi mank'moi pas d'respect fissdeupute, pour montrer à ces frimeurs de ricains qu'ici aussi on sait rapper comme des vrais gangsters-poètes du ghetto. Mais hélas donc, il faudra se contenter des personnages déjà inclus dans le jeu.

Tant qu'on en parle, je dois dire qu'il n'y en a pas beaucoup, et même si on pourra en débloquer en jouant au mode "Carrière", au final ça ne garantit pas vraiment une grosse rejouabilité. Chacun possède évidemment son propre arsenal de coups et prises, pour la plupart de vraies prises de catch classiques, renommées pour être en adéquation avec le thème gangsta-rap. Les affrontements se passent sur des rings dans diverses salles de combats clandestins, et on peut (en théorie) gagner par soumission ou compte de trois. C'est donc bien un jeu de catch, je le re-précise parce que les Def Jam qui ont suivi, Fight for NY et Icon, mixaient plusieurs styles de combat. Cela étant dit, Vendetta souffre du même défaut que Backyard Wrestling 2 : on a quand même beaucoup plus l'impression de jouer à un jeu de baston, pas particulièrement réussi, qu'à une vraie simulation de catch.

Ici aussi, les combattants ont une barre de vie qui diminue au fil des attaques encaissées, et à zéro, c'est la défaite par KO. Bon, vous me direz, la barre de vie, avant l'avènement de la série Smackdown, c'était un peu la norme pour les jeux de catch. Mais en ce temps-là, il n'y avait pas de victoire par KO, qui est assez peu répandue dans le catch occidental, et du coup on n'avait pas l'impression que les matchs se concluaient comme des matchs de boxe. Il n'y avait pas non plus de jauge de "momentum" se remplissant en faveur de celui qui porte les attaques pour lui permettre au bout du compte d'exécuter sa prise de finition. Et c'était mieux. Je n'ai rien contre le principe de cette jauge, c'est même mieux que la barre de vie pour une discipline comme le catch. Mais il faut choisir, c'est l'une ou l'autre, pas les deux. Parce que combiner les deux jauges, c'est le meilleur moyen de donner lieu à des affrontements hyper courts et à sens unique, où celui qui parviendra le plus vite à prendre un petit avantage sur l'autre sera sûr de pouvoir baiser son adversaire par devant comme par derrière sans lui laisser la moindre chance. Imaginez une partie d'échecs où, chaque fois qu'un joueur prend une pièce à l'autre, il peut en ajouter une à son propre effectif au passage, vous aurez une idée de la façon dont les match de Def Jam Vendetta tournent court.

Bon, il y a sans doute des fans pour ce genre de chose. C'est vrai que c'est peut-être plus dynamique comme ça, faut aller vite, pas faire dans le détail, pas s'attarder plus d'une minute trente sur un même match, on est au 21ème siècle, on n'a plus le temps de lambiner, de fignoler. SvR 2009 a d'ailleurs plus ou moins pris le même parti. Mais moi, quand c'est ce genre de divertissement que je veux, je joue à un Tekken, pas à un jeu de catch. Alors forcément, avec son rythme d'un KO toutes les 60 secondes, DJV avait peu de chances de me rallier à sa cause...

Et c'est dommage d'ailleurs, parce que le jeu n'est pas foncièrement mal fait. Ca ne ressemble pas à un machin grossier, amateur et mal fini comme BYW 2. Il y a un peu plus de modes de jeux (comme des matchs à 4, ou des matchs handicap), pas de gros bugs qui tachent, les graphismes sont moins moches (ça reste quand même du graphisme PS2 d'il y a 6-7 ans donc ne vous attendez quand même pas à en prendre plein la vue)... Et tout ça au bout du compte pour rien, serais-je tenté de dire, car en toute honnêteté, je ne me suis absolument pas plus amusé avec ce jeu qu'avec BYW2. Ce serait même presque l'inverse. Si raté soit-il, le jeu de Paradox proposait au moins de vrais catcheurs, dans un environnement un peu original (bien que très mal exploité). Ici, on a une bande de types n'ayant rien à faire sur un ring mais qui ont tous revêtu leur plus beau survête à capuche ou leur plus beau costard de pseudo-mafieux rital frimeur pour s'échanger des souplesses et des prises de l'alligator au nom d'un scénario couillon dans lequel l'honneur d'un rappeux se défend sur le ring dans une compète de catch. J'y connais pas grand chose en rap et je sais bien que les rappeux sont tous des gros durs très musclés, mais je pensais quand même que c'était un milieu dans lequel on réglait ses comptes à coups de rimes ou de guns, pas en organisant un tournoi de sport truqué.

Cela étant dit, de toutes façons tout en revient au vrai problème du jeu, à savoir son gameplay. Si les matchs avaient été marrants à jouer, peu importe que les protagonistes aient été les petits chanteurs à la croix de bois ou les Pokémon, on se serait amusé quand même. Mais pour rapide qu'il soit, le jeu manque de pêche, et avec ce système mal foutu dont je vous parlais tout à l'heure, il ne fait le poids ni face à un bon jeu de catch, ni face à un bon jeu de combat. En définitive, peut-être qu'un gros fan de la clique de Ludacris, Method Man et autre Noreaga y trouvera son compte quand même, mais pour ma part je me suis fait considérablement chier, et quand je pense que c'était censé être l'un des meilleurs concurrents de SvR je suis salement déçu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires