Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • : Bonnes affaires, arnaques à éviter, ici on teste les jeux en solde (budget maximum : 30 €) et depuis peu, les DVDs aussi !
  • Contact

Recherche

27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 09:19



Jeu hollandais sorti chez nous sans grand bruit par Anuman Interactive, des concurrents de Nobilis sur le créneau de l'importation de jeux pas-bien-pas-chers, Eurocops refait timidement surface deux ans après dans nos supermarchés pour la modique somme de 5 €. Là, je sais que vous êtes très nombreux à vous demander s'il s'agit d'une adaptation de la série allemande éponyme, et je suis fier de pouvoir répondre à tous les fans : non, pas du tout. Le jeu entend vous mettre dans la peau de six unités d'élite européennes (RAID, GEO...), pas toutes des unités policières d'ailleurs, en lutte contre le terrorisme international à travers six niveaux de jeu dans ce que ses créateurs et éditeurs espéraient vraisemblablement fourguer comme un Ghost Recon ou un SWAT du pauvre.

Si l'ex-bloc soviétique est l'un des principaux producteurs de jeux miteux pour le marché des radins, ça n'est quand même pas le seul. Car la Hollande, ce n'est pas seulement l'autre pays du fromage, c'est aussi l'autre pays du jeu de chie. Vous connaissiez déjà peut-être le studio Davilex, auteur de Paris-Marseille Racing, K2000 ou encore 
Miami Vice ; il faudra désormais compter aussi sur Crazyfoot dont cette première réalisation marque un début très prometteur dans le domaine. Et je ne dis pas ça à la légère, croyez-moi : en près de soixante tests ici, on peut dire que j'en ai essayé, du jeu moisi, de l'ersatz réalisé avec des clopinettes, du plagiat raté. Alors je commence à m'y connaître un peu, et sans être vraiment blasé, je suis quand même devenu un peu plus difficile à impressionner, maintenant. EuroCops réussit néanmoins à se tailler une belle place dans mon panthéon de la grosse daube, aux côtés de titres comme FBI Hostage Rescue ou [Tueurs]. Le genre de machin improbable qui sans bon le foutage de gueule de bout en bout, et à côté duquel même un Reservoir Dogs en viendrait presque à ne pas sembler trop mauvais.

EuroCops, qui se présente malhonnêtement comme un jeu tactique, est en réalité un simple jeu de shoot à la 3ème personne. Son déguisement grossier ne fait pas illusion deux minutes, ici
pas besoin de planifier ses interventions ou de gérer efficacement son escouade, c'est de l'action pure et dure avec un niveau de réalisme minimum. A chaque niveau on dispose une équipe de trois gars que l'on peut contrôler tour à tour selon que l'on préfère flinguer ses ennemis avec un fusil d'assaut, un fusil à pompe ou une mitraillette, sachant que si les uniformes et les noms changent d'une mission à l'autre, l'équipement reste le même quel que soit le pays dans lequel vous opérez. Je ne vois pas trop l'intérêt de mettre six différents organismes dans un jeu si c'est pour qu'au final, le NOCS italien se joue exactement comme l'Alfa Group russe par exemple, mais bon à la limite si c'était là le plus gros défaut du jeu, ce ne serait pas bien grave.

Le village italien où commence le jeu, un long couloir dont les textures semblent
avoir été empruntées à la Venise de
Tomb Raider 2, qui ne date que de 97 il est vrai.


Plus contrariant, les deux équipiers gérés par l'IA pendant que vous contrôlez le 3ème larron manquent cruellement d'autonomie et d'intelligence. Vous ne pouvez leur donner que deux ordres qui se résument à "au pied !" et "pas bouger", pas question de compter sur eux pour arroser l'ennemi d'un tir de barrage pendant que vous tentez une percée, ou d'aller attaquer à gauche pendant que vous prenez à droite, ni même pour simplement assurer vos arrières au cas où des renforts arriveraient pendant que vous donnez l'assaut seul. Les malheureux sont tellement incapables qu'il vaut mieux les laisser simplement dans un coin de la carte, bien à l'abri,  pendant que vous partez faire le nettoyage tout seul, pour les garder comme "vies supplémentaires" en cas de mort du 1er membre de l'escouade.

Tony, Carlo et Francesco sont quand même trop bien organisés comme mecs.

Les adversaires ne sont pas particulièrement mieux lotis, et ne représentent un danger que par leur grand nombre, vu qu'ils sont du genre à tous courir se faire buter au même coin de rue comme s'ils ne se doutaient pas que, si leurs compagnons étaient tous en train de tomber comme des mouches au même endroit précis sous leurs yeux, c'est parce qu'un euroflic les cueillait tous un par un au tournant. Les plus malins savent quand même rester à couvert pour éviter de crever aussi vite que certains de leurs copains dont la stratégie se limite à se poster en plein milieu d'une rue et à n'en plus bouger tandis qu'ils vous tirent maladroitement dessus, mais dans l'ensemble c'est pas bien brillant. Signalons au passage, pour ceux qui espéraient encore un SWAT à l'européenne, qu'il n'est pas question ici d'utiliser d'armes non-létales, de procéder à des arrestations, puisque tous les terroristes du jeu obéissent à la devise "la garde meurt mais ne se rend pas" et que la seule issue de chaque mission est donc d'abattre toute adversité. Et à ce niveau-là, vous aurez du pain sur la planche puisque les ennemis surgissent par grappes tous les 10 pas, vous conduisant à enchaîner les exécutions à un rythme effréné.

Si certains ennemis sont bien pénibles à débusquer,
beaucoup ont la délicatesse de courir directement vers votre feu nourri.

EuroCops se met donc assez rapidement à ressembler à un autre grand ratage, Starship Troopers, avec des méchants encagoulés à la place des bestioles. Et il souffre hélas de la même grosse tare : les armes étant risibles, on ne prend absolument aucun plaisir au carnage. P'tain les gars, merde quoi, c'est trop demander de fournir une puissance de feu correcte au joueur ? Même le tout nul Code d'honneur : Légion étrangère faisait l'effort de vous mettre entre les pognes divers guns bien bruyants et même des bazookas. Quitte à shooter des clones décérébrés par paquets de dix, autant que ce soit un peu satisfaisant, bordel, pas besogneux comme ça, avec ces flingues imprécis, peu puissants et affligés de bruitages minables. Si tout ce que votre jeu de "tactique" a à offrir, c'est un flot continu de cibles à abattre, faites de moi John Matrix, faites de moi Rambo, ne me forcez pas à vider un chargeur par ennemi avec une pétoire asthmatique, ne me filez pas des grenades ne produisant qu'un tout petit nuage de fumée noire en lieu et place d'une vraie explosion, ne niquez pas ma précision de tir pour faire réaliste alors que tout le reste du jeu se torche avec le réalisme.

On ne peut ouvrir aucune porte d'aucun bâtiment mais ça n'empêche pas
vos équipiers de se poster là comme si les terroristes
allaient jaillir directement du mur.


Pour 5 € je veux bien ne pas demander plus qu'un jeu con mais défoulant, mais EuroCops bande mou ; c'en est au point où l'on se demande si les développeurs ont dès le départ renoncé à produire un jeu auquel les gens joueraient pour de vrai, pour se divertir, et n'ont eu pour seul objectif que de pondre un machin dont ils pourraient tirer quelques screenshots qui inciteraient quelques joueurs trop confiants à acheter en pensant avoir affaire à un genre de Rainbow Six pas cher, sans se soucier de ce qu'en feraient ensuite ses malheureux acquéreurs. Je pourrais finir de vous lister les défauts et bugs mais ce serait tirer sur un corbillard, c'est pas comme s'ils gâchaient un jeu qui aurait pu être sympa, ils confirment juste qu'EuroCops est vraiment une sinistre arnaque. Mal foutu, indigent, ennuyeux, EuroCops est un attrape-gogos honteux à éviter comme la peste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Test (PC)
commenter cet article

commentaires