Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • Cheap Games, le blog des joueurs radins
  • : Bonnes affaires, arnaques à éviter, ici on teste les jeux en solde (budget maximum : 30 €) et depuis peu, les DVDs aussi !
  • Contact

Recherche

31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 21:00
undefinedIncaGold et la SDLL étant déjà à l'origine de l'apparition sur les rayonnages de supermarchés du fabuleux Tombstone 1882 dont le test fut l'article inaugural de ce blog, vous comprendrez aisément que quand j'ai vu ces logos sur la pochette en carton de Create City, accompagnés du prix "1 €", j'ai craqué, j'ai acheté, de peur de passer à côté d'un beau nanar.

Le titre du jeu vous donne déjà une bonne idée de la créativité et de la somme de travail investies dans Create City. Certes on peut dire que dans le même genre, Sim City ou Caesar ne sont pas bien folichons non plus, mais là, je trouve qu'on atteint un degré d'épuration qu'on ne retrouvera que le jour où sortira un FPS intitulé "Shoot Stuff" ou un STR nommé "Army War". Même derrière un titre tout simple comme "Doom" ou "Diablo", on sent quand même qu'il y a des mecs qui ont un peu réfléchi pour trouver quelque chose qui soit percutant, qu'on n'oublie pas. Là on sent surtout des types qui n'en avaient rien à battre et ont juste choisi le 1er truc qui ressemblait à "Sim City".

Alors à ce propos, saluons aussi le type qui a choisi l'image de couverture et qui aurait dû se coordonner avec celui qui a rédigé le texte descriptif au dos, ça aurait évité que l'un choisisse une illustration de gratte-ciels modernes pour donner à l'acheteur potentiel l'impression qu'il est face à un Sim-City-like, tandis que l'autre lui cassait son plan derrière en avouant que le jeu était supposé se dérouler au 18ème siècle (et lorgnait plutôt du côté de la série des Anno, donc).

Après une installation rapide (ça doit être la seule qualité du jeu : il s'installe vraiment vite), on lance le jeu et... comment dire... Immédiatement ça sent bon le shareware pas inspiré. Et après vérification, c'est effectivement un shareware signé par un certain Basar Uyar en 2001, Buildcity 1.09, que le bougre propose encore aujourd'hui pour la modique somme de 15 dollars. Les curieux peuvent aller télécharger là. Moi ce qui me scie, c'est qu'il a quand même dans les 3000 téléchargements par semaine, avec ça. Quand je pense qu'il y a 100 fois plus de gens qui téléchargent ce machin que de gens qui visitent jeu-video.over-blog.org, j'avoue que ça me fait un peu de peine quand même.

Bref, venons en au fait. Le but du jeu est de construire et faire prospérer un village au début du 18ème siècle. Pour cela, vous avez la possibilité de construire 3 types de bâtiments différents (nombre qui s'étendra jusqu'à un total impressionnant de sept), des routes, et de poser des arbres qui, de l'aveu même du fichier .pdf qui sert de manuel au jeu, "ne coûtent rien et n'affectent pas le jeu". Tout ça vous permettra de mener à bien une campagne de 11 missions, à supposer que vous ayez envie d'aller jusque là ce qui, croyez-moi, n'arrivera pas. D'autant moins que chaque mission se joue exactement de la même façon : le jeu est fourni avec sa propre soluce, et l'auteur avoue lui-même qu'il suffit de faire exactement la même chose à chaque niveau. Bon, on ne va pas se voiler la face : aussi bien sur le plan graphique qu'au niveau du gameplay, le jeu se fait atomiser même par ses plus vieux ancêtres comme Anno 1602 (qui date de 1999) ou le 1er Sim City (qui remonte à 1989). Sept types de bâtiments seulement, des cartes minuscules, aucune gestion du commerce, du monde extérieur... Si vous avez ne serait-ce qu'un jeu de gestion dans vos placards, même un vieux et mauvais, soyez assurés qu'il a forcément plus de profondeur que Create City. Mais alors, me direz-vous, que ce sympathique monsieur Uyar ait bâclé ce petit machin sur un coin de PC en guise de projet de fin d'année en 1er cycle d'informatique à la fac, c'est une chose, mais qu'est-ce qui a pu pousser à la commercialiser, en shareware à 15 dollars ou en carton à 1 euro ? Je suppose que ce qui a motivé IncaGold est l'espoir que de nombreux radins se diraient que Sim City 4 en gamme budget à 9,9 € c'est encore vraiment trop cher et qu'après tout pour 10 fois moins cher, ce jeu-là n'allait quand même pas être 10 fois moins bien (et pourtant, si). Une erreur de jugement de cette ampleur peu paraître peu plausible, mais en ce jour où Al Gore est lauréat du Nobel de la Paix, plus aucune erreur de jugement ne paraît improbable. Mais dans la mesure où en tant que city builder/jeu de gestion, Create City est un désastre qui n'apportera aucune satisfaction aussi bien à l'amateur du genre qu'au néophyte, qu'est-ce qui a pu pousser Basar Uyar à commercialiser son oeuvre, à la base ?

Eh bien, il faut savoir que la gestion du village est plombée par un mécanisme débile qui fait que le jeu se révèle moins être un jeu de gestion qu'un puzzle game. Je m'explique. Pour résumer, si vous ne construisez pas de fermes, votre population croît tranquillement et votre compte en banque se remplit gentiment, mais vous ne pouvez pas gagner les missions, puisqu'il faut toujours accumuler une certaine quantité de bouffe pour gagner. Mais dès que vous commencez à construire des fermes, vos villageois (jusque-là bien nourris, simplement d'amour et d'eau fraîche) se plaignent soudain de la famine et se barrent si vous n'en construisez pas assez, et si vous en construisez suffisamment, vos finances s'effondrent à cause de leur coût de maintenance. Ca n'a aucun sens mais il faudra apprendre à équilibrer ce risible bordel pour gagner. Le principe de Create City n'est donc pas réellement "érigez une ville fonctionnelle et prospère et rendez ses habitants heureux grâce à vos dons d'habile gestionnaire" mais "percez le mystère du fonctionnement illogique et crétin du jeu et apprenez à l'exploiter". L'auteur lui-même, parfaitement conscient du bug à mon avis, est resté fidèle à son esprit "j'me casse pas l'cul" affiché par son choix de titre : il l'a laissé dans le jeu et a ajouté un mode "puzzle" en plus du mode campagne. Le jeu trouve ainsi une certaine raison d'être, mais n'exagérons rien, y jouer façon puzzle game et pas comme à un vrai city builder procure finalement autant de plaisir que se récurer le méat avec un écouvillon en laiton.

Au final, autant je peux conseiller de claquer un euro dans un Tombstone 1882 pour rigoler, autant dans le cas de ce jeu, 1 € pour se foutre deux minutes de la gueule d'un vieux shareware ne vaut vraiment pas le coup, vous êtes prévenus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Test (PC)
commenter cet article

commentaires